L'Atelier

DSC_3067.jpg

Le verre... Cette matière intrigante utilisée depuis des millénaires par nos ancêtres...

Passionné d'histoire, j'ai découvert ce métier un peu par hasard, au fil de mes recherches de reconstitution.

 

Fasciné par les pièces anciennes retrouvées dans les fouilles archéologiques, je me décide à essayer le travail du verre à la flamme. C'est ainsi qu'est né mon véritable amour pour cette matière. 

La flamme, le verre en fusion, la magie de la transformation, l'alliance des matières, m'émerveillent.

En 2016, je décide de me former auprès d'un artisan du verre reconnu, afin d'affiner mes connaissances et de développer mes techniques. Depuis je continue de progresser et d'apprendre chaque jour. C'est devenu pour moi un métier passion.

Depuis 2020, je décide de me spécialiser dans les perles de verre et notamment la reproduction de  pièces historiques. Je réalise également des pièces plus contemporaines, toujours inspirées par les arts anciens.

DSC_3034.jpg

Je travaille principalement avec des baguettes de verre sodocalcite provenant de Murano, en Italie. 

Après étude de mon projet, je choisis minutieusement chaque verre, sélectionnant ainsi celui qui sera le plus adapté.

Avec l'expérience, j'ai pu étudier les spécificités de mes différents verres. Je connais maintenant les réactions de chacun d'eux, et peux ainsi adapter mon choix de verre en fonction de la pièce à réaliser.

L'exigence du matériau est un apprentissage très long, où il faut d'abord faire face à des échecs, avant d'arriver à un résultat à peine satisfaisant les premières années. Apprendre la patience et l'humilité ... le verre a ses propres propriétés, ce n'est pas moi qui décide, au final je ne fais que l'accompagner.

​Etre à l'écoute du verre pour comprendre comment il fonctionne.

Toute mon attention est portée sur la pièce et sur la régularité de mes gestes.

Ma flamme chauffe le verre aux alentours de 1400 degrés. Je dois contrôler sa viscosité à mesure qu'il fond et s'amollit. De même, la gravité est un facteur à prendre en compte dans la réalisation des formes.

Une perle peut me prendre quelques minutes de travail. Mais d'autres formes de perles nécessitent beaucoup plus de technicité et demandent presque une heure de mon temps.

Une fois la perle réalisée, il faut la recuire et ralentir son refroidissement, afin d'éviter qu'elle ne casse en raison d'un choc thermique. Elle est donc recuite environ à 490° dans le four de recuisson afin d'éliminer les tensions.

Chaque pièce a ses outils, sa technique... c'est ce qui me captive chaque jour et rend mon travail varié.

Plusieurs essais sont nécessaires avant de pouvoir parvenir à définir une pièce.

Mais la persévérance et la recherche n'en sont que plus gratifiantes.

Le métier de verrier est pour moi : plus j'en apprends, plus je travaille, plus j'en apprends sur moi même.

DSC_3007.jpg